Epuration des NOx (oxydes d’azote)

Des huit oxydes d’azote qui peuvent se former, tous sont instables excepté le protoxyde d’azote (N2O), le monoxyde d’azote (NO) et le dioxyde d’azote (NO2). Cependant, les niveaux d’émission des trois gaz stables dans l’atmosphère sont trop élevés dans les grandes villes.

En raison des conséquences graves que les oxydes de l’azote ont sur l’environnement et sur la santé des personnes (le NO réagit avec l’hémoglobine et provoque des cyanoses, le NO2 provoque des infections pulmonaires et des désordres gastro-intestinaux et le N2O peut produire des polyneuropathies et des myélopathies), il est nécessaire de contrôler les émissions anthropogéniques de ces gaz, qui sont associées dans leur grande majorité à la combustion pour produire de l’énergie et pour le transport.

Premièrement, il faut minimiser autant que possible la génération d’oxydes d’azote (en diminuant la température de combustion, en diminuant le temps de séjour ou en ajustant la relation oxygène / carbone). Une fois produits, ils peuvent être éliminés à travers l’utilisation des techniques suivantes:

  • DeNOx Recovery.
  • Réduction catalytique sélective (SCR).
  • Absorption au moyen d’une réaction chimique en utilisant de l’acide sulfurique.
  • Lavage chimique en utilisant un hydroxyde de magnésium.
  • Réduction homogène non catalytique avec méthane.
  • Réduction non catalytique non sélective (NSCR).