Stations d’épuration biologiques

Chez Condorchem Envitec nous accumulons une longue expérience dans la conception, la fabrication, le montage et la mise en marche de différents types de stations d’épuration biologiques.

Nous concevons des réacteurs biologiques à membranes type MBR, à lit mobile MBBR et séquentiels SBR. En fonction des caractéristiques de l’effluent on sélectionne la plus appropriée. Parmi les différentes technologies disponibles, les plus utilisées sont:
 

  • Réacteur de boues actives: Processus biologique en continu, aérobie et avec la biomasse en suspension. Efficace et viable si l’on dispose d’espace.
  • Réacteur biologique séquentiel (SBR): Processus biologique en discontinu et aérobie. Très versatile et flexible.
  • Réacteur biologique de membranes (MBR): Processus biologique et aérobie. Exige peu d’espace et produit un effluent secondaire de grande qualité.
  • Réacteur biologique de lit mobile (MBBR): Processus biologique, aérobie et avec biomasse fixe. Grande efficacité.
  • BIOCARB®: Processus biologique, aérobie et avec biomasse fixe. Traitement très efficace et complet. Excellente alternative dans de nombreux cas.
  • Réacteur UASB: Processus anaérobie, idéal pour des effluents avec des chargements organiques élevés. Coûts d’exploitation très faibles.
  • Réacteur RAFAC®: Processus anaérobie, optimisé pour traiter des chargements organiques élevés. Processus très compétitif.

Lorsque les eaux résiduelles présentent une concentration élevée de matière organique dissoute, l’alternative la plus compétitive est le traitement biologique, de par sa simplicité et ses faibles coûts. Les seules exigences pour l’application convenable de cette technologie est que la contamination soit biodégradable et qu’il n’y ait pas de présence d’aucun composé biocide dans l’effluent à traiter.

La matière organique soluble est assimilée par les microorganismes comme source de carbone, lesquels croissent et forment des flocules macroscopiques qui décantent. Pour la croissance des microorganismes, il est nécessaire, en plus de la matière organique, d’avoir la présence d’azote et de phosphore dans l’effluent. Si sa concentration est insuffisante, il faudra en ajouter au traitement.

Les microorganismes peuvent assimiler la matière organique en consommant de l’oxygène, ou bien en l’absence complète de celui-ci. Par contre, son métabolisme (vitesse de dégradation, produits formés, etc.) dépend complètement de si la croissance se produit dans des conditions d’aérobie pou d’anaérobie.

La sélection du type de processus biologique la plus appropriée doit être analysée au cas par cas en fonction des caractéristiques de l’effluent à traiter.